https://www.francesoir.fr/politique-monde/censure-youtube-kim-iversen
Lors de sa chronique sur le média américain The Hill, Kim Iversen a poussé un coup de gueule contre YouTube. En quelques minutes, elle raconte l'histoire de sa propre chaîne : d'abord elle croît lentement, puis elle explose, et enfin elle... se fait censurer. "J'ai violé la politique de désinformation médicale de YouTube", explique-t-elle sans masquer une petite pointe d'agacement.
La vidéaste prend le temps d'expliquer comment fonctionne le système d'avertissement de la plateforme : d'abord on reçoit un avertissement, puis c'est un "strike" qui vous empêche de charger du contenu pendant une semaine, un second qui vous bloque pendant deux semaines...https://www.francesoir.fr/politique-monde/censure-youtube-kim-iversen
Lors de sa chronique sur le média américain The Hill, Kim Iversen a poussé un coup de gueule contre YouTube. En quelques minutes, elle raconte l'histoire de sa propre chaîne : d'abord elle croît lentement, puis elle explose, et enfin elle... se fait censurer. "J'ai violé la politique de désinformation médicale de YouTube", explique-t-elle sans masquer une petite pointe d'agacement.
La vidéaste prend le temps d'expliquer comment fonctionne le système d'avertissement de la plateforme : d'abord on reçoit un avertissement, puis c'est un "strike" qui vous empêche de charger du contenu pendant une semaine, un second qui vous bloque pendant deux semaines...
Et ce parce que le discours tenu dans la vidéo "est impopulaire auprès de l'establishment", juge-t-elle. Au sujet des vaccins ou des traitements précoces anti-Covid, par exemple, ce n'est pas la peine d'essayer de transmettre un message contraire à l'avis de l'OMS (ndlr : nous l'avons remarqué chez FranceSoir... mais nous avons noté que curieusement, cette restriction ne s'applique pas aux discours d'Oliver Véran ou de Jean Castex quand ils contredisent frontalement les recommandations de l'OMS...)

Selon la "YouTubeuse" - mais pour combien de temps l'est-elle encore ?, c'est une "nouvelle culture qui s'est développée tant à droite qu'à gauche", que nous acceptons, voire encourageons. "Tout le monde semble être d'accord avec la censure... Moi, je suis plutôt une absolutiste de la liberté d'expression", conclut-elle.